Adios Muchacho ...
<< Page Précédente
Aujourd'hui, ça aurait dû être ma 666ème page, celle où j'aurais pu invoquer Satan. Mais bon, hier, j'ai appris que mon gros foutu pédé de chat avait les reins niqués et le sang empoisonné.
Apparemment, c'est un truc qui lui est tombé dessus super rapidement et vu les analyses de sang, il n'en a, à l'heure où j'écris ces lignes avec mon mouchoir, que pour quelques heures ou jours à vivre.
Ben oui, je chiale en faisant c'te con de page du jour. Ben oui....
_
Mais en même temps, à qui c'est donné de pouvoir dire au revoir à un être cher du temps de son vivant...
Alors bon, vous savez comment c'est quand on perd un être cher, hein, on fait une page en mémoire. Et puis, bon, là, j'avais l'occasion de faire les photos, un peu avant sa mort, avec la personne... euh... le chat toujours présent.
Mais bon... hum. Il y a deux inconvénients majeurs. De un, on passe pour un dingue parce qu'on a l'air d'aimer son chat autant qu'un enfant. De deux, hum, on n'est pas vraiment drôle. Pas du tout même...
Ouais, ouais, un chat, c'est pas tout à fait comme un être humain, je sais bien. Mais je vais vous révéler un secret.. Un vrai...
C'est pas l'homme qui a vu l'homme qui a vu l'ours que j'aurais dû appeler ces pages. Mais qui a vu le chat...
Et moi faire sérieux dans les pages du jour, ça me fait l'effet de manger un kilo de pruneaux et de continuer à être constipé. C'est alors que j'ai eu l'idée de proposer à ma femme de faire partir mon chat en beauté.
Avec un gros pétard dans son cul...
J'ai une véritable passion pour les chats et je leur pardonne presque tout, même de bouger comme un con sur une photo comme là maintenant...
Je leur pardonne aussi de me forcer à faire une page qui ne soit pas forcément drôle... Mais qu'est-ce que vous voulez...   .
Mais ma femme n'a pas voulu...
Et vous savez comment elles sont les femmes quand elles veulent pas.
Hum...
Boah, du coup, c'est pas grave, je vais écrire un roman sur lui qui se vendra à un million d'exemplaires. Ca s'appellera : Adios Muchacho et dedans il crèvera avec une banane radioactive dans le derrière.
On apprend parfois beaucoup de soi dans le drame. Beaucoup. Je vous souhaite à tous d'aimer un jour un chat autant que ma femme et moi avons aimé karma....
Adios muchacho...
Dédié à cet enfoiré de karma, parti à à peine 6 ans vers 9 heures 45 ce matin...
Et toutes mes excuses à ceux qui chialeront en lisant les commentaires...

Retour Août 2005 /
Page Karma / © Ebatbuok 2005
<< Page Précédente